Bonus 200 € PMU
Bonus Unibet
Bonus Bwin
ParionsSport

Pronostics Bookmakers et Analyses des Tipsters

ParionsSport

ParionsSport

ParionsSport

ParionsSport

15/0617h00 Maroc - Iran

Maroc gagne et les 2 équipes marquent

  • 5,75
  • Mise : 8
  • Rés. : 0-1
  • Gain : 0,0Prono KO

16/0618h00 Pérou - Danemark

Pérou gagne

  • 3,15
  • Mise : 8
  • Rés. : 0-1
  • Gain : 0,0Prono KO

17/0614h00 Costa Rica - Serbie

Serbie gagne et les 2 équipes marquent

  • 4,55
  • Mise : 8
  • Rés. : 0-1
  • Gain : 0,0Prono KO

18/0614h00 Suède - Corée du Sud

Suède gagne et les 2 équipes marquent

  • 4,60
  • Mise : 7
  • Rés. : ?
  • Gain : 32,2
C'est un autre match ouvert auquel on est en droit de pouvoir assister à Nijni Novgorod au sein duquel les Blagult sont en mesure de tirer leur épingle du jeu face au 61ème du classement FIFA.

Les Suédois sont orphelins de Zlatan certes et si toute une nation est dépeuplée de sa légende vivante, qui hantait les nuits suédoises 15 années durant (116 sélections et 62 buts), elle peut compter sur des joueurs ayant déjoué bon nombre de pronostics en se qualifiant aux dépens de l'Italie, pourtant quadruple championne du Monde, au sein d'une confrontation tendue lors de barrages aller/retour haletants (1/0 puis 0/0 en Italie). Avec ce match référence, les Suédois ont grandi et appris bien plus rapidement que de nombreux matches amicaux. Rugueux sur l'homme, les Suédois reste rigoureux dans le secteur défensif, priorité avouée du staff des Vikings et d'une solidarité quasiment sans aucune équivalence sur le vieux continent.

Paradoxalement, la Suède n'a conservé ses cages inviolées qu'à trois reprises lors de ses vingt-quatre derniers duels de Coupe du Monde. Mais ça c'était avant, bien avant. Depuis, elle a cumulé neuf matches de groupes de suite au sein du Mondial sans aucun revers, la dernière défaite dans ce cas remontant à juin 1990. Vous avez dit solide ? Avec un groupe renaissant de ses cendres et ayant gagné en homogénéité et en rigueur collective, les Suédois sont désormais reconnus pour le travail acharné d'une défense bien organisée et en place. La Suède a compris qu'il fallait d'abord être soudée pour réussir au sein des compétitions internationales.

Et il faudra l'être face au équipiers du feu-follet de Tottenham, Heung-Min Son. Privée de star, la Corée du Sud est portée par le joueur emblématique des Hot Spurs. Cet attaquant de 25 ans, détenteur de 20 buts en 61 sélections, fût notamment éblouissant aux côtés des Harry Kane et Christian Eriksen cette saison, virevoltant sur l'aile gauche londonienne. Insuffisant néanmoins surement pour renverser une tendance qui se confirme ces derniers temps, à savoir qu'il est difficile au Tigre d'Asie de remporter une rencontre à ce stade de la compétition, lui qui n'a gagné qu'un seul de ses neuf derniers matches de Coupe du Monde (contre la Grèce en 2010) . Habituels invités de la compétition sans pour autant y réussir la plupart du temps, les Coréens semblent bel et bien cantonnés à un second rôle sans se priver pour autant de pouvoir gêner autant que faire se peut les défenses adverses rencontrées. Une victoire suédoise dans un match ouvert et fertile en buts se dessine dès lors. Spéculatif.

Les compositions probables :

Suède : Olsen, Augustinsson, Granqvist, Lindelof, Lustig, Forsberg, Ekdal, Larsson, Cleaesson, Berg, Toivonen

Corée du Sud : Seung-gyu, Yong, Hyun-Soo, Jeong, Chul, Woo-Young, Sung-yueng, Jae-Sung, Heung-Min, Hee-Chan, Shin-Wook

Les deux confrontations amicales :
12.11.05 Corée du Sud Suède 2 : 2
22.01.05 Suède Corée du Sud 1 : 1

Diffusé lundi à 14 heures sur BeIn Sport 1.

Analyse par Horace

19/0617h00 Pologne - Sénégal

Match nul

  • 3,20
  • Mise : 8
  • Rés. : ?
  • Gain : 25,6
Pour le compte de la première journée du groupe H, Polonais et Sénégalais vont en découdre dans un match qui s'annonce tout mais pas réellement ouvert pour débuter les hostilités.

En effet, si sur les noms, on peut accorder une logique confiance aux «Bialo-czerwoni» afin de sortir de ce groupe, il faut bien avouer qu'à la lecture des forces en présence, ledit groupe H est le plus complexe à aborder avec 4 nations provenant de 4 continents différents et sensiblement d'un niveau similaire. Pas revue depuis 12 ans en Coupe du Monde, la Pologne est coachée par le sexagénaire Adam Nawalka depuis 2013. Ayant bien travaillé après l'échec des qualifications à la Coupe du Monde 2014, il emmenait la nation en quart de finale de l'Euro (éliminée par le futur champion d'Europe à la séance de tirs au but) après avoir tenu tête au passage à l'Allemagne. Redevenus solides, les Aigles Blancs ont conservé leur ossature principale avec notamment une colonne vertébrale composée de Kamil Glik (Monaco, disponible pour la troisième rencontre (Japon) uniquement après sa blessure), Grzegorz Krychowiak (West Bromwich) et l'inusable Robert Lewandowski (Bayern Munich). Performant.

Ce dernier terminait même à 29 ans et avec 16 buts inscrits, meilleur réalisateur des éliminatoires de la zone Europe, excusez du peu. Portée par un milieu très travailleur, la Pologne a parfois montré certaines failles défensives notamment lors d'une lourde défaite au Danemark en septembre dernier, mais aussi plus récemment en amical lors de deux revers face au Nigéria et au Mexique, mais aussi récemment après le 2/2 face au Chili. Autre particularité propre, le «Biale Orly» n'a réalisé aucun nul lors de ses neuf plus récents matches disputés au sein des différentes coupes du Monde auxquelles il a pris part. Une statistique qui peut être mise à mal cette fois par des Lions de la Teranga affamés..

Les joueurs d'Aliou Cissé auront des difficultés à faire aussi bien qu'un quart de finale de la Coupe du Monde comme ce fût le cas en 2002 lors d'un scénario où tout jouait en leur faveur; d'un premier match gagné face à la France, championne du monde en titre, jusqu'au bout du bout des prolongations face à la Suède, qui signait par la même, la première qualification d'un pays africain à ce stade de la compétition. Pour autant, on se gardera bien de faire fi des chances des hommes de l'ancien capitaine de la sélection, désormais passé de l'autre côté de la barrière après avoir porté le brassard de capitaine il y a 15 ans. Nanti d'un effectif hétéroclite, le Sénégal compte sur des joueurs bien connus en Europe afin de booster des derniers matches réussis, un nul face à la Bosnie et deux belles victoires fin 2017 sur l'Afrique du Sud en font notamment partie, de même qu'un récent succès logique face à la Corée du Sud. Ainsi, on détachera bien sûr du groupe la star liverpuldienne, Sadio Mané (26 ans) mais aussi le Napolitain Kalidou Koulibaly, le milieu d'Everton, Idrissa Gueye ou l'attaquant du Torino M'Baye Niang voir celui de Rennes, le jeune et prometteur Ismaïla Sarr.

On le voit et on le sent, le potentiel est indéniable du côté des Lions, capables de rugir de plaisir pour leur deuxième participation au tournoi mondial. On scrutera ainsi avec un réel intérêt ce match d'ouverture des hostilités au sein duquel ils ont une belle carte à jouer et peuvent ambitionner d'au moins résister à l'expérience polonaise avec des cadres eux aussi arrivés à maturité (Mané, Sakho, Koulibaly) au sein d'un 4/3/3 percutant et un état d'esprit rarement défaillant au sein d'un groupe disposant d'un certain vécu. Le match nul ne sera occulté et peut même devenir une priorité.

Les compositions probables :

Pologne : Szcesny, Rybus, Pazdan, Bednarek, Piszczek, Krychowiak, Linetty, Grosicki, Zielinski, Blaszczykowski, Lewandowski

Sénégal : N'Diaye, Gassama, Koulibaly, Sané, Sabaly, Gueye, Kouyaté, Sarr, Mané, Niang, Sakho

Diffusé mardi à 17 heures sur BeIn Sport 1.

Analyse par Horace

PMU

PMU

PMU

PMU