Début de l'Euro 2021 avec l'entrée en lice de l'Italie, la Belgique ou la France

Italie, Belgique, Pays-Bas, France, qui sortira du lot pour l'entame de l'Euro ?

Italie, Belgique, Pays-Bas, France, qui sortira du lot pour l'entame de l'Euro ?

Après un an de retard à cause de la crise sanitaire, l'Euro 2020 ouvre vendredi soir les hostilités à Rome avec la Turquie qui défiera l'Italie dans un match sentant déjà la poudre. Les Belges le lendemain devront montrer qu'ils sont de logiques favoris avec leur génération dorée. Dimanche, les Pays-Bas débarqueront à Amsterdam la tête haute dans cette compétition au sein de laquelle ils seront emmenés par le très affuté Memphis Depay. Enfin, à Munich, nos Bleus s'attaqueront à la montagne allemande qui n'est plus l'Everest d'autrefois dans un match tendu certes, mais où le triangle d'or Mbappé, Benzema, Griezmann a assurément les moyens de briller. 60ème édition de l'Euro, 3,2,1 Partez !

Turquie - Italie

Parier4,10Match nul

C'est bel et bien ENFIN l'heure de l'Euro 2020 décalé en 2021 à cause de la Covid-19. Un Euro itinérant dans onze villes et autant de pays au terme d'une saison intense et éprouvante, rendant cette compétition sur le Vieux Continent bien difficile à cerner. Dès le match d'ouverture entre la Turquie et l'Italie, on pourrait ainsi assister à l'indécision la plus totale et jusqu'au bout.

On se gardera bien de prendre à la légère la candidature de « Ay-Yildizlilar » (proposée à 50/1 pour la victoire finale) et qui pourrait dans un premier temps sortir du groupe A en compagnie de l'Italie (cote de 2,55) et même pourquoi pas devant la « Nazionale » (cote de 8,50 dans cet ordre précis). Pour ce faire, il ne faudra pas manquer ce premier et si important rendez-vous avec le grandissime favori du groupe A. Les hommes de Senol Günes (68 ans, en poste depuis février 2019) en ont les moyens et dans la capitale italienne où, si tous les chemins mènent à Rome, la Turquie ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin.

Elle peut pour ce faire s'appuyer sur de bons résultats ces derniers mois notamment face aux Bleus de Didier Deschamps, battus en 2019 par les partenaires de l'intenable lillois Burak Yilmaz (meilleur buteur de l'Euro : cote de 45). L'attaquant turc (15 buts, 2 passes décisives en 27 matches de championnat) se fera un malin plaisir de continuer à voguer sur son incroyable saison dans le nord de la France, celle-là même qui emmenait les Dogues de Christophe Galtier sur le toit de l'Hexagone. Ce grand guerrier est doté d'une mentalité à toutes épreuves et d'un fond inépuisable. Pesant inlassablement sur les défenses adverses, le taureau turc a été promu au grade de capitaine durant des éliminatoires réussis (meilleure défense à l'issue de cette phase).

Mais il ne sera pas seul à espérer bousculer la hiérarchie sur le Vieux Continent car la Turquie dispose d'une jeunesse talentueuse qui frappe avec véhémence à la porte des titulaires indiscutables. En faisant appel à de nombreux joueurs de cette nation ces dernières saisons, les championnats majeurs en Europe ont contribué à la progression constante de la sélection. Ainsi, vingt-neuvième du classement FIFA (fin mai), la Turquie espère bien réitérer la belle surprise qu'elle fut lors de sa troisième place en Corée du Sud au cours de la Coupe du Monde 2002.

L'expérience de son sélectionneur peut clairement l'y aider assurément, lui qui était déjà présent lors de cette chevauchée fantastique en Asie. Cette génération dorée des Yazici (24 ans, Lille), Ünder (23 ans, Leicester), Calhanoglu (27 ans, Milan AC), Celik (24 ans, Lille) ou Demiral (23 ans, Juventus) s'apprête donc peut-être à rejoindre celle de ses prédécesseurs, celle qui était parvenue à atteindre la demi-finale de l'Euro 2008 en Autriche.

Certes, les possibilités sur le banc ne sont pas infinies - on ne gagne pas un Euro avec seulement onze joueurs titulaires - et l'irrégularité chronique de certains jeunes peut être préjudiciable mais la Nazionale de Roberto Mancini (56 ans) devra grandement s'en méfier. En poste depuis la faillite de 2018, le sélectionneur italien a remis d'aplomb le football transalpin au terme d'un impressionnant parcours lors de la phase qualificative avec dix victoires en autant de sorties. Ainsi, rigoureuse dans le plus pur style Mancini, la Squadra Azzura a su trouver le bon équilibre entre expérience et jeunesse à l'instar de Ciro Immobile (en sélection depuis 2014, le Romain avait marqué 36 fois en 37 matches lors de la saison 2019/2020) ou du prometteur milanais Sandro Tonali (21 ans, un jeune milieu comparé à Andrea Pirlo, la comparaison est flatteuse, c'est dire ...).

Dès lors, en ouverture de cet Euro 2021 tant attendu et même à Rome, il est possible que les Turcs offrent une magnifique résistance d'emblée face à une sélection italienne certes en gros progrès cette dernière année mais qui pourrait bien se casser les crampons bien plus longtemps que prévue sur la rudesse turque.

Les compositions probables :

Turquie : Cakir, Meras, Söyüncü, Demiral, Celik, Tufan, Karaman, Calhanoglu, Yokuslu, Under, B. Yilmaz
Absent : Tosun (blessé)

Italie : Donnaruma, Spinazzola, Bonucci, Chiellini, Florenzi, Jorginho, Locatelli, Barella, Insigne, Berardi, Immobile
Abssent : Verratti (reprise)

Belgique - Russie

Parier3,60Belgique gagne et les deux équipes marquent

C'est l'entrée de lice des derniers demi-finalistes de la coupe du Monde 2018 et à St-Petersbourg, les Diables Rouges Belges affronteront les Russes devant 32 000 passionnés au sein d'un match plus ouvert qu'il n'y paraît au cours duquel les Belges, à l'expérience, devraient déjà marquer leur empreinte sur la compétition.

Car cette génération dorée est encore une fois l'une des favorites avec l'Angleterre ou la France notammet à la victoire finale. Il faut dire qu'avec des Courtois, De Bruyne, Hazard ou Lukaku dans ses rangs, la Belgique a de quoi voir venir et aimerait enfin apporter à ce petit pays le tout premier trophée de son histoire.

Pour ce faire, les "souvent placés jamais gagnants d'outre-Quiévrain" ont pourtant tout d'un grand avec un jeu léché et alléchant. Les hommes de Roberto Martinez (47 ans) aimeraient donc au moins faire aussi bien que leur troisième place en Russie il y a trois ans. Premiers du classement FIFA, les Diables Rouges compteront surtout sur le Milanais Romelo Lukaku une véritable force de la nature, pour les porter toujours plus haut et ainsi pourquoi pas terminer aussi individuellement meilleur buteur de l'Euro 2021 (cote de 6).

Élu meilleur joueur de la saison en Serie A italienne ce qui n'est jamais anodin, l'Intériste, champion d'Italie, a inscrit la bagatelle de 24 buts distribuant au passage 11 passes décisives (1 buts toutes les deux heures), influençant fortement ses partenaires tout en pesant énormément sur les défenses adverses. Performant au haut niveau, il est l'heure pour le natif d'Anvers de confirmer à 28 ans, à l'apogée de sa carrière et du haut de son mètre 91. Impressionnant.

Il faut dire que le récent parcours depuis 2018 des Belges à de quoi impressionner justement quiconque arrive devant leurs crampons. 23 victoires en 29 matches pour seulement deux revers au cours de cette période fructueuse face à l'Angleterre et la Suisse. Les Belges font désormais peur et le complexe d'infériorité d'il y a dix ans est bel et bien derrière eux. Portée vers l'avant et créative, la Belgique avance donc dans la peau logique d'un favori qui ne devra pas louper son entame. La pression, elle connait.

Toutefois, la défense reste un secteur à largement à améliorer lui qui décline depuis l'ultime coupe du Monde et qui fait parfois froid dans le dos. Les Russes pourraient ainsi en profiter pour trouver la faille eux aussi. La Sbornaya de Stanislav Tchertchessov (57 ans) ne doit ainsi en aucun cas être prise à la légère. Elle a le droit d'exister chez elle pour ses débuts dans la compétition, elle qui pointe à la 38ème place du classement FIFA.

Toujours là depuis 2004 au sein des différents Euros, la Russie sort de sa très belle Coupe du Monde 2018 où elle est parvenue à la surprise générale à se hisser en quart de finale après avoir notamment éliminé l'Espagne; même si depuis, ils ont été défaits par deux fois face à la Belgique en éliminatoires, ils ont néanmoins réussi à gagner par ailleurs leurs huit autres matches du groupe. Avec des joueurs dits locaux évoluant en majorité dans le championnat du pays, souvent au Zenit St Petersburg d'ailleurs et/ou d'autres gros clubs de la capitale moscovite et sans oublier bien sur sa star le Monégasque Aleksandr Golovin (25 ans) qui compte bien mettre sa belle saison à profit, lui qui fut la révélation en 2018, la Russie est elle aussi à même de confirmer lors de cet Euro. Cette partie s'annonce donc ouverte même si toutefois, au papier strict, les Belges devraient démarrer au mieux en parvenant à s'imposer dans le final et même si l'absence de Kevin De Bruyne pourrait leur être préjudiciable au fur et à mesure de l'avancée de la compétition.

La compositions probable / équipe-type :

Belgique : Courtois, Alderweireld, Denayer, Verthongen, Castagne, Tielemans, Dendoncker, Chadli, Mertens, Lukaku, Carrasco.
Absents : De Bruyne et Witsel (blessés)

Russie : Shunin, Semenov, Dzhikiya, Semenov, Fernandes, Golovin, Miranchuk, Cheryshev, Dzyuba, Zabolotny

Pays-Bas - Ukraine

Parier3,75Pays-Bas gagne et les deux équipes marquent

C'est à Amsterdam que débutera l'Euro pour les Pays-Bas. D'ailleurs, les Oranje y joueront leurs trois matches du groupe C et c'est l'Ukraine qui leur est proposé ce dimanche soir devant 16 000 privilégiés plus ou moins entassés dans la belle Johan Cruijff Arena de la capitale hollandaise. Ce duel devrait permettre aux hommes de Frank de Boer (50 ans) d'entrée de pleins pieds dans une compétition où ils sont aussi attendus que tendus.

Le 16ème du classement FIFA arrive en effet sur cet Euro après avoir loupé celui de 2016 mais aussi la Coupe du Monde 2018 et donc après sept années au purgatoire sans compétitions internationales et après une belle troisième au Brésil 2014. Les Bataves et tout le pays en avaient bien besoin désormais. La nouvelle vague des Depay, Wijlnaldum (futur PSG) de Jong et autre de Ligt n'y est pas pour rien assurément et le groupe dans lequel figurent les Hollandais doit leur permettre de se mettre en valeur avec la Macédoine du Nord et l'Autriche.

Il serait dès lors intéressant de penser que l'ex-Lyonnais Memphis Depay puisse ainsi à la pointe de l'attaque des Oranjes trouver à plusieurs reprises les mailles des filets au cours de ses trois matches, lui offrant la possibilité de devenir à cette occasion meilleur buteur de l'Euro 2021 (cote de 15). Si les Pays-Bas l'emporte en finale, c'est une cote de 13 maximale qui est proposée, un signe de la part des books que la nation orange est prises au sérieux. En cas de première place du groupe (coté à 2.60 si l'Ukraine termine deuxième dans cet ordre), ils pourraient ainsi se mettre en orbite afin d'atteindre la finale (cote de 5 sur PMU.fr) et rejoindre pourquoi pas la France au bout du bout de cette compétition (cote de 28).

L'idée est tentante avec des joueurs de cette trempe mais les mauvaises nouvelles s'empilent; le défenseur central et capitaine van Dijk (Liverpool) n'a pas été retenu, tout comme Van de Beek (blessés) et le gardien titulaire Cillessen, positif au covid-19, sera lui aussi aux abonnés absents, tempérant quelque peu les ardeurs de ceux qui voyaient les Pays-Bas s'éclater. Toutefois, la liste reste belle surtout en attaque, c'est surtout l'arrière-garde qui peut en effrayer plus d'un.

En ce sens, les Ukrainiens d'Andriy Shevchenko (44 ans) ont les moyens de les surprendre au mois une fois les Hollandais. Les Jovto-Blakytni, éliminés en poules après trois défaites en 2016 en France, ne furent pas présents en Russie deux ans plus tard. C'est un cap que l'Ukraine essayera de franchir cette année en comptant notamment sur Oleksandr Zinchenko, qui sort d'une saison formidable avec Manchester City ou encore sur son homme clé, Andriy Yarmolenko (31 ans - West Ham), un attaquant expérimenté s'il en est.

Avec à sa tête l'ambitieux et joueur Shevchenko, la Sbirna débarque donc sans pression, entre jeunesse et expérience, pouvant, sans faire de bruit, sortir de ce groupe et ainsi être une belle surprise au sein de cette compétition ouverte sur le Vieux Continent même si le groupe sera privé de Konoplyanka (Shakhtar Donetsk), de Kovalenko (Atalanta) ou également de Kravets. Elle peut d'emblée démontrer face au Pays-Bas qu'il faudra sortir son meilleur jeu pour la sortir de ce groupe C où, derrière les Hollandais, elle a une belle carte à jouer. Mais il faudra attendre un peu, les Pays-Bas seront nos outsiders préférés dans cette compétition. Un match ouvert est à envisager avec des attaques fertiles.

La compositions probable / équipe-type :

Pays-Bas : Stekelenburg, Dumfries, Timber), de Vrij, Blind, Wijnaldum, de Jong, Berghuis, Klaassen, Depay, de Jong.
Absents : Van Dijk, van de Beek (blessés), Cillessen (covid) - Incertain : de Ligt (adducteurs)

Ukraine : Trubin, Kryvtsov, Matvienko, Mykhaylichenko, Karavaev, Shaparenko, Sydorchuk, Zinchenko, Yarmolenko, Malinovskyi, Yaremchuk
Absents : Moraes, Konoplyanka, Kovalenko, Kravet (blessures)

France - Allemagne

Parier2,75France gagne

C'est LE match attendu de ce début de compétition de l'Euro 2021 par tout l'Hexagone et sur le Vieux Continent, il oppose en effet les deux frères ennemis la France et l'Allemagne, 2ème et 12ème du classement FIFA au cours d'un premier match si ce n'est capital tout au moins très important pour la suite des évènements assurément. Un duel en forme de tournant que les Bleus qu'ils ne devraient pas manquer sur ce qu'il a été possible de voir lors de matches de préparation réussis.

Les Français s'y sont montrés en effet en forme, affutés, à même d'assumer leur statut de favoris et de tracer leur route à l'instar de la génération 98. Mais pour ce faire, il faudra être présent dans l'adversité dès le premier tour avec un groupe de la mort en compagnie de la Hongrie et surtout du Portugal. Il lui faudra donc montrer sa force d'emblée mais le Champion du Monde 2018 a toutes les cartes en main avec son trio d'or offensif que la planète entière quasiment nous envie.

Même si un Euro ne se gagne pas à onze mais bien à 16 ou 18 et que les talents sont indéniables sur le papier mais que les matches se gagnent sur le terrain et non sur la feuille de matches, il faut bien avouer qu'il n'y a pas que dans l'Hexagone où on met les Bleus sur un piédestal mais partout en Europe où chacun s'accorde à dire que Didier Deschamps est un meneur qui emmène sur son bateau tout un personnel à son écoute.

Proposés pour la victoire finale à la cote de 6 sur l'ensemble des bookmakers présents sur le marché (Kylian Mbappé est à 2.7 sur PMU.fr pour le meilleur buteur des Bleus et même à 27 s'il termine meilleur buteur de la compétition et que la France l'emporte), la Dèche et les siens semblent en mesure de se faire à ce statut encombrant de favori de la compétition. Nous ne reviendrons pas sur les joueurs qui composent ce groupe qui pourrait devenir mythique et que tout le monde connait. Quant à l'animation en 4-3-3 fait pour trio en or ou le 4-4-2 en losange, c'est sur quoi le sélectionneur des Bleus semblerait se tourner pour cet Euro et dans laquelle l'équipe semble la plus solide offensivement parlant même si par contre-coup elle peut parfois sembler déséquilibrée au niveau défensif.

Laissons N'Golo Kanté virevolter au milieu et mettre à mal quiconque approcherait de sa zone pour s'intéresser à l'adversaire. Mais, pour sa treizième participation à l'Euro, le quadruple champion du Monde de Joachim Löw (depuis 2006 - 61 ans) est à l'aube du ère si ce n'est nouvelle tout au moins changeante. Après une ultime coupe du Monde cataloguée fin de cycle, l'Allemagne aura cet avantage d'évoluer à Munich pour ses trois matches du groupe F mais devant une bonne dizaine de milliers de spectateurs tout au pllus. Après le départ d'Hummels, Boateng ou Müller, place à Werner, Sané,Gnabry et autres Kimmich et Havertz (Chelsea), des joueurs prêts à reprendre le flambeau et raviver la flamme après le cuisant échec en 2019 en Ligue des Nations.

Cependant, même si Tony Kroos (103 sélections), le box to box madrilène, est toujours au top et que la Nationalmannschaft arrive réconfortée avec elle-même et bien entourée au niveau de l'expérience, elle se heurtera à la vivacité de l'attaque des Bleus à même si la réussite s'en mêle de passer outre la pression ambiante d'un excellent résultat attendu. Positive attitude !

La compositions probable / équipe-type :

France : Lloris, Pavard, Varane, Kimpembe, Hernandez, Pogba, Rabiot, Kante, Griezmann, Mbappé, Benzema

Allemagne : Neuer, Ginter, Rudiger, Hummels, Kimmich, Kroos, Gundogan, Gosens, Müller, Gnabry, Sané