Quatre affiches très importantes pour les clubs français

Le PSG en danger, Lyon ressuscité, Monaco retrouvé, l'OM mortifié ...

Le PSG en danger, Lyon ressuscité, Monaco retrouvé, l'OM mortifié ...

Avec la moitié des matches de poules joués, certaines de nos formations hexagonales n’ont plus le choix pour survivre dans leurs compétitions respectives. Ainsi, le PSG fait face à une finale avant l’heure à Naples, avec le duel le plus important de sa saison déjà. L’ASM tentera de relever la tête, et dans ce groupe, et pour sa confiance en règle générale. Les Lyonnais changeront de visage après leur piètre prestation face à Bordeaux alors que les Phocéens devraient souffrir en franchissant les Alpes ce jeudi soir après leur déconvenue face au MHSC.

Naples - Paris SG

Parier2,35Paris SG gagne

C’est le match le plus important de ces derniers mois auquel font face les Parisiens en se rendant sur les pentes du Vésuve mardi. Alors que Liverpool et Naples détiennent respectivement dans le groupe six et cinq points, le PSG n’en compte que quatre et tout faux-pas avec neuf points restant à prendre, va compromettre les chances de qualification pour le printemps prochain. Il faudra montrer autre chose que ce qu’il a été possible de voir au Parc face aux Napolitains afin d’aller chercher une victoire toutefois plausible si le PSG montre la même détermination affichée face aux Lillois lors de leur ultime apparition.

Car les Italiens n’attendent personne et demeurent dans une forme constante ponctuée notamment dernièrement par une large victoire (5/1) face à Empoli. Les voilà désormais invaincus à domicile depuis mars dernier et une défaite face à Rome. Depuis, ils ont enchainé neuf victoires et deux nuls en onze tentatives, ne laissant aucun doute sur leur réussite face à des supporters ravis et comblés. Le match référence dominé de la tête et des épaules face au Reds de Liverpool le mois dernier en témoigne, Naples ne laisse rien au hasard. Mais Paris arrive avec des armes et un système de jeu enfin trouvé qui plaide en sa faveur.

En effet, bien équilibrés en 3/4/3, les hommes de Tuchel prennent moins de risques sans sentinelle officielle et ont les moyens de considérablement gêner ceux qui avaient montré force, intelligence de jeu et maitrise à Pars il y a quinze jours. Après l’avoir échafaudé à Dortmund, l’entraineur allemand a donc opté pour cette formule d’une défense à trois qui semble convenir parfaitement à ses protégés. Ce système exigeant semble déjà avoir été apprivoisé par les joueurs et il faut revenir au match face à Naples pour s’en apercevoir. Au sein d’une première mi-temps où ils n’ont rien pu faire dans un 4/2/3/1, les Parisiens passés en 3/4/3 en deuxième ont renversé la vapeur tactiquement parlant. Cela s’est aperçu sur le terrain où le PSG refaisait surface au cours de cette seconde période.

Dès lors, le PSG n’a plus lâché cette formation tactique avec tout le bien qu’on a pu constater notamment dernièrement au sein d’un match face à son dauphin, Lille, outrageusement dominé d’un bout à l’autre malgré un score qui ne reflète en rien la possession du ballon ni la main mise sur cette rencontre. Désormais très bien équilibrés, les Parisiens se rendent en Italie avec la ferme intention de mettre en avant une attaque qui fait feu de tout bois grâce notamment à un Mbappé étincelant dans tout ce qu’il entreprend. Avec une arrière-garde sécurisée, des risques réduits en minimisant les espaces pour les adversaires et en optimisant le rendement de l’attaque, le PSG est apte à aller défier le Napoli de Carlo Ancelotti.

Motivé à l’idée de retrouver le stade San Paolo, l’Uruguayen Cavani a été laissé au repos vendredi dernier à la suite d’une gêne musculaire mais s’est entrainé comme un forçat depuis et devrait être surement disponible. Il est l’heure pour lui et ses équipiers, après avoir brillé dans l’hexagone, de luire sur la scène européenne face à l’une des formations les plus en forme du Vieux Continent. Motivation maximale.

Les compositions probables :
Naples : Ospina, Maksimovic, Albiol, Koulibaly, Mario Rui, Callejon, Allan, Hamsik, Fabian, Mertens, Insigne
Paris SG : Buffon, Marquinhos, Silva, Kherer, Meunier, Verratti, Draxler, Bernat, Di Maria, Mbappé, Neymar

Monaco - FC Bruges

Parier3,40Monaco gagne et les deux équipes marquent

La crise couve sur le Rocher et l’arrivée de Thierry Henry n’a pour l’instant rien arrangé sur les résultats. Sur le fond pourtant, tout n’est pas noir sur le tableau des Asémistes et ce duel doit leur permettre de renouer avec le succès face à des Belges contre lesquels outre-Quiévrain ils avaient largement fait jeu égal.

Mais depuis Monaco, s’il a séduit par moments, a aussi effrayé par de trop longs instants, tant au niveau de la motivation que de la capacité à ses joueurs de compenser la vague de blessés et d’absents à laquelle il doit encore faire face. Son arrière-garde s’est ainsi montrée bien trop friable pour prétendre à de meilleurs résultats. Ainsi, lors de ses dix derniers matches de Ligue 1 (plus longue série depuis douze ans) et lors de ses treize derniers matches toutes compétitions confondues, les filets de l’ASM ont tremblé au moins une fois. Depuis le 11 août et quatorze matches de suite, Monaco n’est plus rentré au vestiaire sur un succès, un temps bien trop long pour l’ancien champion de France.

Il pourrait profiter de recevoir Bruges pour mettre un terme à cette hémorragie. Car les Belges eux aussi restent fébriles notamment hors de leurs bases où ils ont toujours au moins encaissé un but depuis fin septembre, période au cours de laquelle ils n’ont plus remporté la moindre victoire (trois défaites et deux nuls en cinq déplacements). Dominé à outrance par les Colchoneros à Madrid, celui qui a décroché un quinzième titre de champion l’an passé n’a pas le choix que de vaincre pour espérer vivre jusque le printemps prochain en Europe. Il devra donc immanquablement se découvrir tôt ou tard et s’exposer aux contres de ... Falcao surement. Il n’est en effet pas question pour celui qui n’a pas été épargné par les blessures ces derniers mois de faire l’impasse sur ce match. Motivation extrême au final.

Si dimanche Paris pointe le bout de ses crampons, au sein d’une semaine compliquée qui les attend, Thierry Henry devra composer avec un effectif toujours décimé où manque à l’appel pêle-mêle Danijel Subasic, Djibril Sidibé, Jean-Eudes Aholou, Rony Lopes, Stevan Jovetic, Pietro Pellegri et Willem Geubbels. Mais il en faudra plus pour mettre un genou à terre à celui qui connait le football belge comme sa poche et qui a vite préparé ses joueurs à un autre combat décisif pour le mental de ses joueurs. Vent de révolte escompté.

Les compositions probables :
Monaco : Benaglio, Raggi, Glik, Jemerson, Henrichs, Ait-Bennasser, Aholou, Chadli, Golovine, Diop, Falcao
Absents : Aholou (pied), Jovetic (cuisse), Lopes (ischios), Pellegri (adducteurs), Sidibé (hanche), Subasic (cuisse)
FC Bruges : Horvath, Denswil, Mechele, Poulain, Mata, Nakamba, Vanaken, Vormer, Vlietinck, Wesley, Schrijvers
Absents : Groeneveld (cheville), Vossen (genou)

Lyon - Hoffenheim

Parier2,25Lyon gagne et plus de 2.5 buts dans le match

Les Gones sont bien plus en réussite en Ligue des Champions qu’en championnat aussi incroyable que cela puisse paraître et si cet état de fait se confirmait ce mercredi face aux Allemands, les Gones prendraient une très grande option afin de passer l’hiver au chaud et de revoir le printemps européen au plus haut niveau.

Certes, le non match face à Bordeaux inquiète. En effet, les Lyonnais ont livré leur plus mauvaise prestation depuis des lustres. Avec un jeu plat, sans ambition ni éclairs, Lyon a tiré six fois sur le but des Girondins soit son plus faible total au sein d’un match de Ligue 1 depuis décembre 2016 face à Rennes (cinq); c’est dire s’il n’y avait pas grande chose à retenir de ce samedi après-midi pour les hommes de Bruno Genesio.

Et pourtant l’OL n’a perdu qu’une seule fois depuis août et encore face à l’ogre parisien et encore en faisant face au PSG avec une heure de jeu de très haut niveau ... Mieux encore, seul Nice est parvenu à repartir de l'antre lyonnais avec les trois points depuis le printemps dernier, signe d’une équipe en grosse réussite à domicile. Et pourtant, moins spontanée, sans force collective pour attaquer et défendre, l’équipe de Lyon ne rassure plus, manque de vie et de force de réaction.

Et désormais, c’est tout de même bien ce qui lui sera demandé ce mercredi face à Hoffenheim, retrouver la régularité qui était la sienne il y a encore quelques semaines et ne pas être capable d’un match sur l’autre de toucher le fond puis de rebondir. Il faut dire qu’avec un Ndombele, néo-international, sorti à la mi-temps comme une sanction ou avec un Depay peu ou prou concerné par un dilettantisme affligeant et enfin avec la rentrée loupée d’un Traoré hors de forme, les choses étaient mal embarquées et se sont mal terminées. Il n’y a pas eu beaucoup de temps pour cogiter et c’est bien mieux ainsi, le vestiaire ayant naturellement des choses à se dire et à prouver à ses supporters.

Les Lyonnais pourront pour se (re)faire une santé se souvenir d’un bon match à Hoffenheim, très ouvert, qu’ils menaient encore jusque la 92ème minute avant de se voir rejoindre in-extremis par des Allemands survoltés il est vrai. Car si Manchester parvient à s’imposer de son côté, les Lyonnais laisseraient, en cas de succès, Hoffenheim et Donetsk à six points, avec seulement deux matches restant à jouer, une situation confortable. La défense des Allemands demeure de plus très perméable en déplacement, ayant toujours au moins encaissé un but lors de ses douze plus récentes sorties toutes compétitions confondues, voilà qui a de quoi (re)donner du baume au coeur à des Gones en quête de rachat rapide dans une compétition où ils ont su élever régulièrement leur niveau de jeu depuis le début de ces hostilités européennes. Match une nouvelle fois ouvert en perspective.

Les compositions probables :
Lyon : Lopes, Rafael, Marcelo, Denayer, Mendy, Tousart, Ndombele, Fekir, Traore, Dembélé, Depay
Absents : Dubois (cuisse), Gouiri (genou)
Hoffenheim : Baumann, Adams, Vogt, Bicakcic, Kaderabek, Grillitsch, Demirbay, Schulz, Belfodil, Joelinton,Kramaric
Absents : Szalai (malade)

Lazio Rome - Marseille

Parier2,60Lazio Rome gagne par deux buts d'écart ou plus

Que dire qui ne se voit pas actuellement ? Les Marseillais vont se déplacer en terres italiennes avec une défense connaissant les pires difficultés à résister aux avances des attaques adverses comme ce fût encore le cas dimanche dernier à Montpellier. Après avoir su faire le dos rond une mi-temps durant au sein d’un duel dominical soporifique, l’OM a encore craqué à trois reprises, détenant désormais la dix-neuvième attaque de Ligue 1 avec la bagatelle de 21 buts encaissés, dont 15 à l’extérieur, laissant la défense phocéenne comme la pire de l’hexagone en déplacement. Peu rassurant.

Dimanche donc, Marseille s’est noyé sous la Mosson de buts que le MHSC a infligé à des hommes de Rudi Garcia dépassés par les évènements. Au sein d’une seconde période littéralement à sens unique, Marseille a concédé déjà autant de revers que sur toute la saison passée ... Nantis d’une attaque désormais bancale, les Phocéens traverseront les Alpes avec un bloc en pleine déconfiture et friable comme jamais, s’effritant comme rarement à la moindre attaque adverse un peu plus tranchante.

Déjà démissionnaire à l’aller face à cette même Lazio, voilà l’OM au pied d’un mur infranchissable à première vue tant le travail qui le tient loin de ce sommet à atteindre parait bien trop insurmontable. Après la Lazio, il sera temps de vite réagir en jouant Dijon et Amiens, deux matches pièges à ne surtout pas louper. Mais il faudra déjà se rendre à Rome qui quant à lui, n’attend plus personne et demeure sur de belles prestations si on occulte volontairement une déroute face à des Intéristes en grande forme. Quatre de leurs cinq plus récentes sorties se sont en effet soldées par des succès, quatre victoires au cours desquelles dix buts furent inscrits par les partenaires de jeu d’un Ciro Immobile adroit et auteur à lui seul de cinq réalisations lors des six ultimes sorties de son équipe dans l’antre du stadio Olimpico. Efficacité.

Dès lors, ce déplacement au sein de la capitale italienne semble bel et bien réellement hasardeux pour des Marseillais que Rudi Garcia comptent bien bouger ces heures prochaines, ayant déclaré à chaud en conférence de presse qu’il y aura du changement au sein de l’équipe. Il en faudra en effet de nombreux pour inverser la tendance et empêcher les Romains de passer la formule du handicap sur leur terrain ...