Bonus 200 € PMU
Bonus Unibet
Bonus Bwin
ParionsSport

Huitièmes de finale retour de Ligue des Champions et l'Europa League des Français

La remontada du PSG est-elle possible ? Un mauvais coup de l'OL à Moscou ? L'OM au Vélodrome avant la Cathédrale !

La remontada du PSG est-elle possible ? Un mauvais coup de l'OL à Moscou ? L'OM au Vélodrome avant la Cathédrale !

Ce sont cinq matches européens qui accapareront de nombreux esprits lors cette semaine tant attendue du mois de mars. Si le PSG joue une grande partie de sa saison sur la réception du Real, la Juve a beaucoup à perdre en traversant la Manche. Le long déplacement des Lyonnais à Moscou est loin d’être une partie de plaisir alors que sous une température plus douce, l’OM tentera de créer une belle décision d’emblée. Enfin, en Italie, le renouveau du Milan AC mériterait d’être confirmé au niveau européen aux dépens de Gunners qui aimeraient égayer une fin de saison fortement morose.

Paris SG - Real Madrid

Parier3,10Paris SG gagne par au moins deux buts d'écart

Condamné à la fameuse remontada, le PSG est contraint de réaliser un exploit retentissant, au même titre que celui qui avait permis à Antoine Kombouaré par exemple, lors d’un coup de tête devenu mythique, d’éliminer au Parc des Princes, il y a vingt-cinq ans déjà, cette même formation du Real de Madrid. En l’emportant 4/1 ce soir-là dans les arrêts de jeu, Paris éliminait une grande formation espagnole de la Coupe de l’UEFA, une soirée de légende que personne n’a oublié.

Si sur le terrain, tous les joueurs présents de chaque côté sont d’exception, c’est bel et bien la force collective qui sera amenée à n’en pas douter à faire la différence. Avec deux équipes de niveau totalement similaire, seule la solidarité créera la décision, c’est un peu ce qui manquât d’ailleurs l’an dernier aux joueurs de la capitale face à Barcelone.

Il faut aussi des leaders afin de porter l’ensemble de l’équipe. Si l’un d’entre eux manquera à l’appel (Neymar), Cavani, Alves et Silva peuvent tenir assurément ce rôle. Mais pas seulement. Souvenons-nous l’an dernier d’un Di Maria au sommet de son art. Il sera à n’en pas douter bien plus qu’un remplaçant de luxe. Car parfois, quoiqu’on en dise, la perte d’un leader peut transcender un collectif. Rappelons-nous un soir de mars 2015 où, réduits à dix après l’expulsion rapide d’Ibrahimovic, les Parisiens avaient forcé le destin pour renverser la vapeur et éliminer les Blues de Chelsea ...

Une nuit londonienne dont les hommes de la capitale hexagonale doivent s’inspirer à tout prix alors que sur un match, l’absence d’une figure de proue comme Neymar peut être compensée par un banc de touche impressionnant et en grande confiance du côté d’Emery. Conjuguée à la réussite exceptionnelle du PSG au Parc, la soirée qui s’annonce pourrait elle aussi entrer dans les mémoires collectives (en même que faire entrer 13 millions d’euros dans les caisses du PSG, non négligeable pour le fair-play financier) en offrant un spectacle digne de ce nom que seul un sport collectif de ce style sait procurer. Dès lors, libérés, délivrés, qualifiés, telle est la musique qu’aimerait chanter les joueurs d’une capitale en ébullition, prête à exploser. Vive la remontée !

Les compositions probables :

Paris SG : Areola, Alves, Silva, Marquinhos, Kurzawa, Verratti, Diarra, Rabiot, Mbappé, Di Maria, Cavani

Real Madrid : Navas, Carvajal, Varane, Ramos, Marcelo, Casemiro, Kovasic, L. Vazquez, Asensio, Benzema, Ronaldo.

Tottenham - Juventus Turin

Parier2,20Tottenham gagne

A Londres, les Spurs ne s’attendent logiquement pas à un match simple face à une Vieille Dame expérimentée mais qui sera éliminée au premier coup de sifflet du corps arbitral, après avoir réalisé un 2/2 peu glorieux à Turin. Ce soir-là, les Londoniens ont, si ce n’est épaté la galerie, tout au moins su marquer les esprits. Avec plus de 60% de possession de balle et en ayant tiré au but dix fois, soit autant que les Italiens, Tottenham posait ses jalons pour les quarts de finale.

Alors qu’on ne donnait pas cher de leurs chances après que la Juve menât 2/0 rapidement, les Anglais prouvaient qu’il était largement possible de fissurer le bunker italien en parvenant par deux fois à percer l’hermétique défense transalpine. Il faut dire que les Spurs cette saison sont suffisamment bien armés pour répondre aux qualités et talents des Italiens. Emmené par une attaque prolifique, Tottenham est invincible depuis le Boxing Day, enchainant en 2018 quinze matches de suite toutes compétitions confondues sans le moindre revers, et n’ayant été battus qu’une seule fois depuis août à Wembley (en coupe en octobre face à West Ham) ; difficile de faire encore mieux si ce n’est d’y cumuler une victoire européenne capitale cette semaine.

73% de chance de se qualifier après un 2/2 à l’aller en coupe d’Europe, voilà qui a de quoi conforter les hommes de Pochettino qui connaissent néanmoins très bien la mentalité des Italiens, deux fois finalistes sur les trois dernières saisons et qui au niveau européen ne lâchent réellement jamais le morceau. Pour autant, il est logique d’accorder une nouvelle fois un large crédit aux joueurs d’outre-Manche tant leur délicieuse technique avait ébloui un match aller d’une rare intensité.

CSKA Moscou - Lyon

Parier2,65CSKA Moscou gagne

Renseignement pris, il fera aux alentours de moins huit degrés ce jeudi lorsque les hostilités débuteront à Moscou pour les Lyonnais. Voilà qui a de quoi tétaniser un peu plus encore les muscles des Rhodaniens déjà bien sollicités ces dernières semaines, d’autant plus que la fraicheur des Russes sera quant à elle un atout déterminant à prendre en compte.

Invaincu en 2018, le CSKA a disputé au cours de cette période sept matches amicaux il faut le dire, eux qui avaient arrêté le championnat le 10 décembre pour ne le reprendre que début mars. Si rien ne remplace la compétition, les Moscovites ont largement eu le temps de recharger leurs accus avant un printemps toujours exigeant pour les organismes. Solides à domicile, ils ont su conserver leur cage inviolée lors de sept de leurs neuf dernières apparitions face à des supporters frigorifiés mais heureux.

Du côté des Gones, l’OL tente de survivre à un début d’année 2018 où rien ne tourne réellement en sa faveur, désormais nanti qu’il est de quatre défaites et trois nuls lors de ses dix ultimes apparitions. Inquiétant avant de jouer une formation qui, elle, ne se posera pas de question. A Montpellier dimanche dernier, un partage des points après avoir été mené à la marque ne fait que faire un léger saut de puce aux Lyonnais, qui ne peuvent s’en contenter dans leur lutte à la Ligue des Champions.

En convalescence et en manque total de confiance en comparaison avec leurs résultats de l’automne dernier, les hommes du Président Aulas stagnent collectivement parlant. Il faudra pourtant être solidaire à Moscou où la pression ambiante sera forte. Parfois trop peu disciplinés, les Rhodaniens peuvent donc plier alors que Nabil Fekir reste très incertain et que Rafael souffre d’une lésion musculaire aux ischio-jambiers … Compliqué.

Marseille - Athletico Bilbao

Parier3,60Marseille gagne et les deux équipes marquent

Revoilà l’OM dans l’antre du Vélodrome prêt à en découdre dans un stade qui a de fortes chances de revivre les grands frissons européens qui firent sa renommée. Il faudra encore savoir élever son niveau de jeu pour les Phocéens avant de se rendre dans une Cathédrale de San Mames qui elle aussi sait à n’en pas douter transcender les joueur qu’elle supporte.

La mentalité des Marseillais a permis de conserver leur invincibilité à domicile dimanche dernier face à Nantes, une invincibilité qui perdure désormais depuis la mi-septembre et un revers face à Rennes. Conservant ainsi un moral intact, les joueurs de Garcia cumulaient ce soir-là la bagatelle de 80% de possession du ballon et un total impressionnant de 585 passes réussies contre 92 pour leurs adversaires, sans aucun commentaire supplémentaire ...

Avec un Florian Thauvin qui battait à cette occasion déjà son total de buts de l’an passé avec une seizième réalisation dans les dernières secondes du jeu, Marseille sortait du Vélodrome avec un point mérité au bout du bout d’une soirée pénible mais nécessaire dans une saison pour un groupe de cette envergure. Un point qui fait acquérir une certaine maturité, essentiel si on veut réussir sur le long terme dans une compétition européenne de la qualité de l’Europa League.

Toutefois, les Espagnols n’arrivent surement pas en victimes expiatoires, eux qui ont marqué à ce niveau de la compétition au moins une fois lors de leurs trois dernières expéditions (sept buts au total en Russie, en Ukraine et en Suède). Certes, la défaite à Séville ce week-end entache un peu plus un moral peu reluisant ces derniers temps (trois défaites, deux nuls et une victoire en 2018), mais avec un Aduriz aux sept réalisations en Europa League (meilleur buteur), il faut dire que cette équipe de cette ville portuaire du nord de l’Espagne est bien armée afin d’inscrire ce but à l’extérieur si précieux.

Milan AC - Arsenal

Parier2,60Plus de 3.5 buts marqués dans le match

En Italie, les Rossoneri n’ont été vaincus qu’une seule fois en quatre mois (face à Bergame en décembre), et il faut bien dire qu’excepté ce faux-pas, les Milanais ont retrouvé verve et entrain quand ils évoluent dans l’antre de San Siro. Affûtés, solidaires en défense et désormais efficaces, ils peuvent désormais se laisser aller à se projeter plus facilement vers l’avant, suffisant ce jeudi pour ouvrir encore un peu plus le jeu face à des Gunners réellement dans le dur à l’heure actuelle.

Les hommes d’Arsène Wenger sont en effet sous pression, eux qui viennent de cumuler dimanche dernier une quatrième défaite consécutive. Balayés par deux fois en cinq jours (3/0) par Manchester City, les Canonniers viennent d’être dominés par le promu anglais Brighton, deux semaines après avoir été humiliés à Londres par les Suédois d’Östersund. Voilà qui a de quoi laisser les supporters d’Arsenal circonspects quant à la tournure d’une fin de saison qu’ils ne souhaitent pas houleuse mais qui pourrait s’avérer plus ardue que prévue.

Une telle méforme n’était en effet plus arrivée au club londonien depuis 2002 tout de même, elle dessine un déclin incontestable d’une formation qui ne participe pas à la C1 pour la première fois en vingt ans. Une ineptie qui en dit long en fait sur le manque d’emprise que les Gunners ont au cours de leurs plus récentes rencontres. Inquiétant avant d’aller défier des Milanais en totale confiance et une première pour Arsène Wenger au cours de sa carrière, le technicien français ne sachant plus vraiment à quel saint se vouer pour faire évoluer les mentalités au sein de son groupe entamé psychologiquement parlant. Car on peut se poser la question de savoir si les joueurs sont derrière leur entraineur à la vue des prestations offertes ces dernières semaines ? Une des réponses serait de réagir rapidement à Milan en inscrivant notamment un but toujours salvateur à l’extérieur au cours d’une rencontre qui devrait par là-même n’avoir aucun mal à s’animer.