Bonus 100 € PMU
Bonus Bwin
Bonus Unibet

VIP, Groupes Privés, Fake, Fixed et Arnaques

Depuis l’avènement et l'explosion des réseaux sociaux notamment du plus connu, Facebook, des milliers de pages de pronostiqueurs en herbe ont vu le jour et de nouveaux concepts ont été introduits comme les V.I.P. et groupes privés, mais également des pratiques moins glorieuses comme les « fake » et les escroqueries.

Profitant de la naïveté d'une certaine partie de la communauté internet, des personnes ont bien sûr voulu exploiter la situation. Cet article a pour but de dénoncer les techniques les plus répandues sur la toile pour faire miroiter aux parieurs des gros gains et des bénéfices soit-disant assurés.

Dans toute la suite de cet article, nous utiliserons le terme de « page » ou « page de pronos » pour désigner aussi bien une page Facebook, un groupe privé, un VIP, un blog ou encore un site internet de pronostics.
Le mot « fake » signifie « faux » ou « falsifié » (faux-document, etc...).

V.I.P., Groupes Privés et Pronos Payants

Le mythe du prono payant

La psychologie humaine est telle qu'en général on pense que plus c'est cher, mieux c'est. C'est souvent le cas pour les produits de consommation, alors pourquoi en serait-il autrement avec les pronostics ? Les pronostics gratuits seraient donc « mauvais » et les payants « meilleurs ».

De plus, le fait de savoir que ce prono ne sera connu que par un groupe restreint de personnes va créer un sentiment de supériorité chez les acheteurs. En fait, ce sont surtout les auteurs de ces VIP et groupes privés qui vont s'enrichir.

La bonne question à se poser est « Pourquoi vendre un pronostic qui est censé faire gagner de l'argent alors qu'il suffirait à son auteur de le jouer lui-même ? ». C'est justement car ceux qui vendent les pronostics sont incapables de savoir s'ils seront vraiment bénéficiaires à moyen et long-terme. S'ils l'étaient, ils miseraient jusqu'à 10 000 € par pari, et n'auraient pas besoin de duper les acheteurs.

Mais il existe bien des pronostiqueurs bénéficiaires ?

Toutes les sources s'accordent à dire que seuls 2 à 3% des parieurs sont bénéficiaires sur le long-terme. Les pronostiqueurs bénéficiaires existent donc, mais rien ne garantie que se sont eux qui ont créés les sites/pages/blogs qui se revendiquent positifs.

Comment savoir si un pronostiqueur, une page facebook... est réellement positif ?

Le problème des pronostics privés est que justement on ne peut pas y accéder tant que l'on n'a pas payé. Il est donc impossible de vérifier les historiques (toujours très impressionnants) qui sont publiés par les pages.

Parfois, on nous donne des pronostics « gratuitement », mais on nous dit que les vrais pronos bénéficiaires sont en privé (mais bien sûr...).

Il n'y a donc aucun moyen de vérifier qu'un pronostiqueur est positif lorsqu'il fait payer ses pronos. Le seul moyen de le savoir est de payer, et donc d'enrichir l'auteur, qu'il nous ait donné de bons pronostics ou non.

Les seules pages que l'on peut vérifier objectivement sont donc les pages gratuites. Tous les pages payantes sont à oublier.

Suivre une page gratuite, mais pas n'importe laquelle...

Les pages gratuites sont donc les seules que l'on pourra vérifier par soi-même. Mais attention encore une fois. Les pages gratuites vont rapporter de l'argent à leurs auteurs (par le biais de la publicité pour les bookmakers) et donc ces pages vont également essayer de tricher sur la qualité de leurs pronostics en manipulant les bilans publiés, supprimant les posts de pronos perdus, etc...

Il faut donc toujours vérifier une page gratuite à partir du moment où on la découvre, et en notant minutieusement tous les pronos proposés.

Les principales supercheries des pages de pronostics

  • Le pronostic effacé s'il est perdu : c'est une des pratiques les plus répandues. Au moindre pronostic effacé, fuyez la page. Qu'il soit perdant... ou gagnant. Certaines pages se cachent derrière l'excuse qu'elles effacent aussi bien les pronos perdants que gagnants. Le seul but de cette manipulation est d'empêcher toute vérification objective du bilan (il est facile d'effacer un prono gagnant pour cinq pronos perdus également).
  • L'absence de mise (qu'elle soit en euros, en unité de mise (confiance) ou encore en % de la Bankroll). L'absence de mise permettra, une fois que le prono sera passé, de dire qu'il y avait des milliers d'euros placés, et bien sûr, en cas de prono perdu, que c'était une petite mise ou juste un conseil.
  • La production de « fake » avec des pronos gagnants. A l'ère du Photoshop, les fakes se sont malheureusement multipliés sur la toile. Les principales techniques de fakes sont décrites dans la prochaine section. A vous de faire attention à la réputation du site ou de la page.
  • La publication de pronostics après coup, ou quand celui-ci est très bien parti. Rien de tel que de publier des tickets non annoncés quand ceux-ci sont gagnants ou sont sur le point de l'être surtout si les pronos publics étaient perdants.
  • Les mises exorbitantes. Lorsqu'il ne s'agit pas d'un fake, les grosses mises n'ont qu'un seul but, celui d'impressionner, alors qu'une confiance de « 10/10 » serait bien plus adaptée dans un tel cas. En effet, quel intérêt de dire que l'on parie 50 000 € sur une victoire du FC Barcelone ?
  • Les annonces de gains sans déduire les mises. Des pages vont placer (ou prétendre placer) 50 000 € sur une cote à 1,2 et vont ensuite communiquer sur un gain de 60 000 € alors que le gain net n'est « que » de 10 000 €. Il s'agit donc bel et bien d'une tromperie (facteur 6 sur le gain).

Quelques pratiques de « fake » et comment les déjouer

Le fake d'un reçu gagnant par montage « Photoshop »

C'est la technique la plus connue de tromperie. Il s'agit de prendre une photo d'un reçu (en général ParionsSport) et de changer le montant des mises et des gains. Réalisé par un professionnel, il sera quasi-impossible à détecter. S'il est grossier, des détails sauteront aux yeux comme l'alignement des nombres, la cohérence entre mise et gains (notamment les arrondis qui peuvent être différents)...

Le reçu suivant a été falsifié en modifiant la mise d'origine de 50 € par une mise de 500 € qui bien évidemment n'existe pas chez le buraliste...

Concernant les reçus des bookmakers en ligne, la falsification est malheureusement trop facile étant donné qu'il ne s'agit plus de modifier une photo mais un rendu informatique (HTML).

Le capture d'écran suivante a été réalisée après avoir pris le soin d'éditer le code HTML de la page du bookmaker

Le fake en filmant le site du bookmaker

Puisque la falsification d'un écran de bookmaker est très simple à réaliser, certaines personnes vont se mettre à filmer l'écran voire à ouvrir quelques menus sur l'écran pour bien montrer qu'il ne s'agit pas d'un montage. Pourtant il est très facile aujourd'hui d'éditer le code HTML d'une page internet et par exemple de modifier les montant des mises/gains (cf. exemple ci-dessus), et ensuite de faire semblant d'ouvrir des menus déroulants pour montrer que la page est bien réelle...

Les mises exorbitantes (> 10 000 €)

Peu de bookmakers acceptent les très grosses mises. Nous avons déjà vu des screens avec des mises supposées de 100 000 ou 200 000 € chez des bookmakers français. Si cela est en théorie possible (sur Winamax notamment), cela reste improbable (d'autant plus que le bookmaker en question n'était pas Winamax...).

Alors comment vérifier qu'un gros reçu a réellement été joué ?

Ce n'est pas toujours possible, mais la majorité des bookmakers proposent des classements hebdomadaires des plus gros tickets gagnants de la semaine. Le premier réflexe à avoir serait donc d'aller vérifier dans ces classements qu'un ticket équivalent y figure (exemple Golden Boy Winamax).

Les faux bilans et faux historiques

Publier un faux bilan est à la portée de tout le monde, il suffit de remplir une feuille Excel avec des dates, des noms de matches, des mises et des gains.

Dans la même catégorie, les bilans basés sur une stratégie de mise définie a posteriori sont à fuir. Par exemple, en jouant une montante (*2 de la mise à chaque prono perdu), nous étions bénéficiaires... Pourquoi ? Car avec n'importe quel historique avec au moins 10% de pronos gagnants, on peut définir une stratégie de mise positive... La stratégie tout comme la mise doivent toujours être annoncées en amont.

Les faux historiques (avec les dates des réseaux sociaux comme preuve de l'antériorité du prono par rapport à l'horaire du match) sont également très nombreux. Certaines pages, avant qu'elles ne décollent, vont s'amuser à poster pour chaque match 3 pronos. Le premier avec un 1, le deuxième avec un N, et le troisième avec un 2, et répéter l'opération sur une dizaine de matches. Une fois tous les résultats connus, tous les posts perdants seront effacés, il ne restera donc que des pronos gagnants avec des dates « authentifiées » par le réseau social...

Les « fixed » ou matches arrangés

C'est le dernier gros mythe dans les paris sportifs... Si vous faites des recherches sur le mot clef « fixed » vous serez amenés à croire que tous les matches de la terre entière sont arrangés et que donc le résultat est « fixé » d'avance.

Ce n'est bien évidemment pas le cas, et même si cela existe (dire le contraire serait mentir), cela concerne que très peu les championnats majeurs sur lesquels on est amené à parier en France (paris et compétitions autorisés par l'ARJEL).

Il va de soi que dans certains contextes, des résultats peuvent arranger les deux équipes. Les cotes des bookmakers parleront d'elles-mêmes, et donc cela ne surprendra personne (par exemple un match nul coté à 1,40 ou encore la lanterne rouge à 1,20 contre le 5ème du classement).

Les auteurs des pages de « fixed » s'appuient malheureusement sur ces rares cas « officiels ou presque » pour tenter de nous vendre tout et n'importe quoi, et ce en utilisant toutes les techniques de fake décrites ci-dessus.

Quelles pages suivre ?

Voici donc quelques règles à suivre pour sélectionner une bonne page :

  • Pronos gratuits uniquement,
  • Mises annoncées clairement en même temps que le prono,
  • Mises qui ne varient pas plus d'un facteur 10 (de une à dix unités),
  • Pas de suppression de pronostic (gagnant ou perdant),
  • Bilan mis à jour en temps réel, qu'il soit positif ou négatif (il n'y a pas de honte à être négatif quand 98% des joueurs le sont...).