Bonus 100 € PMU
Bonus Bwin
Bonus Unibet

Méthodes pour jouer chez le Bookmaker

Pas de méthode pour gagner à tous les coups !

Les Systèmes et les Méthodes de pari permettent de considérer chaque combinaison et chaque pari de manière différente. Les systèmes permettent de privilégier certains résultats par rapport à d'autres, et les méthodes financières permettent de tirer le maximum de bénéfices d'un coup gagnant. Ici vous sont présentées les principales approches de jeu.
Attention, il n'existe pas de méthode pour gagner à tous les coups chez les bookmakers !

Systèmes des paris

Les systèmes concernent les paris sur plusieurs événements dans la même sélection. Si vous avez une sélection de 10 matches, il est très peu probable que vous trouviez les 10 résultats en même temps sur une seule combinaison (moins d'une chance sur 50.000 au football). L'utilisation d'un système va permettre de gagner sans pour autant avoir à trouver l'ensemble des 10 résultats en même temps... La contre-partie est bien sûr que si l'on ne trouve pas les 10 résultats corrects, on gagnera certes, mais beaucoup moins que dans le cas idéal !

Systèmes 2 sur 3, 2 sur 4, 2 sur 5,... 2 sur 10 : ces systèmes partent de l'hypothèse que l'on va trouver au moins deux résultats corrects parmi notre sélection de matches. Si on trouve au moins deux résultats, on va toucher. Plus l'on a trouvé de bons résultats, plus l'on touche. Dans le système 2 sur 3, on va en fait jouer 3 combinaisons de 2 matches. Si on a trouvé exactement 2 bons résultats, on va toucher sur l'une des 3 combinaisons (les 2 autres étant perdues). Si l'on trouve les 3 résultats, on va toucher l'ensemble des 3 combinaisons. Le gain sur chacune des combinaisons correspond au produit des cotes des 2 matches en question.

Systèmes 3 sur 4, 3 sur 5, ... 7 sur 10, 8 sur 10, 9 sur 10 : on peut bien sûr étendre les systèmes et considérer que l'on va trouver au moins 3, ou au moins 4,... ou au moins 9 bons résultats dans notre sélection. C'est à chacun de se fixer son seuil minimum, qui va aussi dépendre de la cote des matches choisis! Si l'on a sélectionné des résultats avec des cotes de 3.0, on pourra se limiter à un minimum de deux bons résultats. Par contre, si l'on a choisi des gros favoris à cote de 1.10, 1.15 et 1.20 dans une sélection de 10 matches, on fixera la seuil minimum à 5, 6 voir 7, 8 ou 9 matches.

Les Bankers (ou fixe) : dans un système 'x sur y' on peut considérer un, deux ou plusieurs matches en tant que "Banker", c'est-à-dire en tant que match fixe. Ceci a pour effet de limiter le nombre de combinaisons à jouer. Par contre, il faut à tout prix avoir juste sur le résultat des matches désignés comme Banker, sous peine de perdre tous les paris. En général, le Banker est un gros favori, donc la cote est inférieur à 2.0 contre 1. Le Banker aura pour effet de doper tous les gains qui passeront, puisque les gains seront multipliés par la cote du (ou des) Banker(s).

Montantes

Les montantes sont des méthodes de gestion financière, qui se basent sur la statistique de réussite du parieur. Le postulat de base est que tout parieur n'enchaînera pas 10 mauvais paris de suite. Il ne faut pas perdre de vue ce postulat de base, car si jamais le parieur est dans une très mauvaise période, il est possible d'enchaîner de telles mauvaises séries. Donc avant de détailler ces montantes, une grosse mise en garde est effectuée sur ce point.

La deuxième chose à savoir sur les montantes est que, si elles ont l'air "sûres", c'est au détriment du bénéfice que l'on pourra obtenir. La plupart des montantes ont pour effet de réduire les bénéfices possibles (par rapport aux sommes misées). Si elles ont l'air de garantir le gain d'une certaine somme, il faudra parfois miser jusqu'à 100 fois cette somme... Ce qui constitue encore un gros risque.

Unité de mise

L'unité de mise sert de référence et permet d'appliquer la montante quel que soit son budget. Un petit joueur se définira une mise de base de 1 euro, alors qu'un gros joueur montera à 100 voire 1000 euros.

Montante de Hawks (martingale universelle)

Cette montante est la plus connue. Elle consiste à commencer une série par une mise de 1 unité, et de doubler la mise à chaque mauvais coup. Le parieur va donc miser 1, puis 2, puis 4, puis 8 unités... si chaque coup est perdant. Le premier coup gagnant va permettre de faire un bénéfice de 1 unité, même si l'on a eu une série de 5 coups perdants juste avant. A chaque coup gagnant, on recommence une série (en partant d'une mise de 1 unité).

Cette montante est basées sur des paris qui rapportent exactement 2 fois la mise, et vient du jeu de la roulette (où miser sur une couleur double la mise).
Son principal avantage est que l'on fait un bénéfice net de 1 unité sauf en cas d'atteinte de la limite budgétaire (ou autorisée par l'organisme de paris).
Son principal défaut est l'envolée des mises en cas de mauvaise série. Si on échoue 5 fois de suite, il faudra miser 32 fois la mise pour essayer de se récupérer !

Montante de Hawks pour les paris sportifs

Dans les paris sportifs les cotes de 2.0 sont assez rares... Au football, les cotes varient en général de 1.10 à 10.0 contre 1. On ne peut pas donc se limiter aux cotes de 2.0 contre 1 pour appliquer la montante.

La montante de Hawks peut donc s'adapter aux paris sportifs. A chaque coup perdant de la série, on doit définir la mise à placer (en unités) en fonction de la cote du résultat choisi. Il faut que la mise pariée multipliée par la cote du résultat choisi dépasse d'au moins une unité l'ensemble des pertes écoulées sur la série. Exemple :
1er coup de la série : 1 unité à 3.0 contre 1, perdu (1 unité de perdue)
2ème coup de la série : 4 unités à 1.5 contre 1, perdu (5 unités de perdue)
3ème coup de la série : 3 unités à 3.0 contre 1, gagné (1 unité de bénéfice)

Dans cet exemple, la mise au premier est de 1 unité (puisque la cote choisie est de 3.0 contre 1, donc en cas de gains, 2 unités seront gagnées). Le coup étant perdu, au deuxième coup il faut se refaire. Le pari choisi comporte une cote de 1.5 contre 1. Il faut donc miser 4 unités (et non 2) pour garantir un bénéfice en cas de pari réussi (4*1.5 = 6, moins les mises placées, 1 au premier coup et 4 au deuxième coup, cela donne 1 unité de bénéfice).
Le deuxième pari étant à nouveau perdu, il faut continuer sur le 3ème coup. La cote choisie étant de 3.0 contre 1, 3 unités sont nécessaires pour garantir un bénéfice sur l'ensemble de la série (3 unités * 3.0 = 9 unités, moins les 1+4+3 unités jouées, 1 unité de bénéfice).

Il existe une formule pour déterminer la mise à parier :
Mise = (Montant cumulé des pertes de la série + Bénéfice souhaité) / (Cote choisie - 1).

Montante d'Alembert

Plutôt que de doubler la mise à chaque coup perdant (Hawks), dans cette montante la mise est augmentée d'une unité en cas de perte, et diminuée d'une unité en cas de gains. L'avantage ici est que la mise ne s'envole pas en quelques coups perdants, mais l'inconvénient qui en découle est que l'on ne se refait pas d'une mauvaise série en un seul coup gagnant.

L'unité variable

Ici, c'est le budget total du parieur qui est pris en compte. En supposant que notre budget jeu soit de 100 euros, le principe est de miser toujours 10 % (ou un autre pourcentage plus petit que 10) à chaque pari.

En cas de coup gagnant, le budget total augmente (on ré-injecte les gains dans le budget) et la mise unitaire augmente du même coup (car c'est un pourcentage du budget total). En cas de coup perdant, la mise unitaire diminue.
Cette approche de jeu permet de "durer" plus longtemps, puisque dans une mauvaise série, on va miser de moins en moins en moins. Elle permet aussi de profiter d'un moment de forme, puisque les mises augmentent à chaque coup gagnant.

Une fois le bénéfice obtenu atteint le budget de départ (donc si on arrive à 200 euros de budget pour un budget de départ de 100 euros), il est possible de récupérer ce bénéfice et de repartir du budget de 100 euros (afin de tirer profit du bénéfice et de ne pas jouer de trop grosses sommes).